Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
ABBE DUNATE

La croix glorieuse

11 Février 2016 , Rédigé par ABBE DUNATE

Très tôt, les chrétiens ont vu dans la croix, plutôt qu'un accessoire meurtrier, l'image du sacrifice par lequel Jésus nous affranchit du péché et de la mort. L'apôtre Paul, déjà, écrit en conclusion de son épître aux Galates : "Pour moi, il n'y a pas d'autre titre de gloire que la croix de notre Seigneur Jésus Christ" (6.14). Dans l'hymne au Christ qui ouvre l'épître aux Colossiens, on peut lire : "II a plu à Dieu de faire habiter (en son Fils) toute la plénitude et de tout réconcilier par lui et pour lui, sur la terre et dans les cieux, ayant établi la paix par le sang de sa croix" (1,20; cf. 2,13-15). En ce sens, la croix du Christ peut être dite "glorieuse" : telle est la signification de la fête célébrée le 14 septembre.
L'évangile de la fête joue sur le double sens du verbe "élever" : élever sur la croix et élever dans la gloire. La référence à Moïse et au serpent d'airain sert ici de parabole prophétique. Dans un autre passage du quatrième évangile, Jésus déclare ; "Quand j'aurai été élevé de terre, j'attirerai à moi tous les hommes", et l'évangéliste d'ajouter : "Par ces paroles, il indiquait de quelle mort il allait mourir" (12,32-33). En même temps qu'elle donne la mort. la crucifixion symbolise la victoire sur la mort.

La "Croix glorieuse"

Lorsque Jésus en fut chargé pour monter au calvaire, sa croix n'avait rien de glorieux, c'était l'instrument de supplice le plus avilissant. Paul, comme citoyen romain (Ac 22,25}, avait eu droit à la forme la plus élégante de mise à mort, l'épée. Mais Jésus n'était qu'un vulgaire condamné, livré a l'occupant romain. Ce fut la grande prouesse de Dieu, que de transformer cet odieux instrument de supplice en croix glorieuse, par la résurrection. Même la croix du bon larron devint glorieuse, car elle fut, elle aussi, porte d'entrée du paradis (Lc 23,43).
Les croix des premières églises étaient glorieuses, comme celle que l'empereur Constantin aperçut dans sa vision. C'était une croix de lumière, signe de résurrection. Plus tard, lorsqu'on représenta le Christ en croix, c'était d'abord comme ressuscité, ou dans l'habit du grand prêtre (He 4,14-15}.
Au Moyen-Age, les misères des populations incitèrent à exprimer la solidarité de Jésus avec les souffrances humaines. De symbolique, l'image devint réaliste. Mais le temps est venu de représenter à nouveau le Christ ressuscité et glorieux sur les croix de nos églises.

Remettre en valeur l’aspect glorieux de la croix dans sa représentation ne veut point dire qu’il faille supprimer les croix existantes, souvent des chefs d’œuvres ! Mais lors des nouvelles constructions ou totale restauration nous pouvons en tenir compte. Mais mettre l’accent sur la gloire ne gomme pas le sacrifice du Christ : c’est le Crucifié qui est le Ressuscité.

2-Prier avec le signe de la Croix

1. Au nom du Père

Je regarde ma main se lever vers le haut pour dessiner sur mon front le signe de ma foi. Un mouvement de bas en haut qui élève mon coeur vers Dieu, le Très-Haut, l'Eternel. Je dis Dieu et me reconnais fils de Dieu. Je balbutie ma foi devant l'invisible.
           Prière : Toi qui es depuis le commencement,
                     toi qui crées, toi qui es aux cieux,
                     je te salue, tu es Père, notre Père !

Cette prière, je l'écrirai sur mon front, je la dirai aussi bien debout ou à genoux, soir ou matin, assis ou couché, seul ou avec d'autres, dans le silence ou en chantant.

2. Au nom du Fils

La main descend et touche le ventre. Elle dessine le mouvement d'un Dieu qui se fait chair. Dieu descend du ciel et  se laisse porter par les entrailles d'une mère. Il vient habiter parmi les siens. Il dit l'Amour. Dans le Fils, le Père a mis tout son Amour. Pour le révéler, il livre son corps, il donne son sang. Dieu se laisse toucher, contempler dans le visage d'un homme qui a vécu jusqu'au bout de l'amour.
         Prière : Tu n'es pas resté loin de moi,
                     Dieu, tu es proche, toi mon frère.
                     Ton regard d'Amour divin,
                     tu me le dis par un frère de ma chair.
                     Vrai Dieu et vrai homme.

3. Au nom du Saint Esprit

Côté coeur, la main remonte vers l'épaule. Le mouvement sera désormais horizontal. La foi n'est pas à vivre seulement à regarder le ciel, elle invite à regarder autour de soi, par-dessus l'épaule. Pour vivre l'amour des frères, Dieu me donne son Esprit.
         Prière : Tu es vent d'Amour et tu souffles la paix.
                     Comme l'huile, tu pénètres mon coeur et le sanctifies.
                     Tu m'ouvres à la vérité des paroles de Jésus,
                     la vérité tout entière.
                     Tu es communion d'Amour. Viens Esprit Saint !

4. Amen   

 

C'est le oui qui engage. Je le marque sur mon épaule droite pour dire que j'accepte de porter la croix du Christ et la vie de mes frères. Je dis oui à mon baptême qui a fait de moi un fils du Père. Je dis oui à l'Amour, du fond de mon coeur où habite l'Esprit. "Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit..." je n'aurai jamais fini de dire AMEN  

Abbé Dunate

La croix glorieuse

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article